Lettre ouverte suite à l’action d’auto réduction chez Carrefour 2

Un bombardement publicitaire fait baver les petits travailleurs en permanence. Des milliers d’entre eux, la larme à l’œil, ne passeront pas le réveillon de leurs rêves. Produits premier prix et privations émaillent leur quotidien. Alors en leur honneur et surtout contre ce système, dans lequel seul le riche a le droit de vivre selon ses envies, nous nous sommes permis de nous servir pour reprendre ce qui a été pillé au peuple et, l’espace d’un après-midi, les empêcher d’en piller davantage. Notre action peut paraître violente et offensive, mais ce n’est rien face à la violence de ces grands marchands exploitant la population toute entière, par un système pyramidal, où chacun ne peut monter qu’à condition qu’autrui tombe.
Parce que nous nous réunissons pour réfléchir à notre implication dans ce monde, nous avons organisé cette action collective d’auto-réduction, rassemblant environ 80 personnes d’horizons très variés, portant les mêmes revendications, mais usant de modes d’actions différents, unis face à un ennemi commun, incarné ce jour là par Carrefour.

L’action se déroulait correctement et dans le cadre de nos droits jusqu’à l’appel des forces de l’ordre en nombre avec des chiens et leur intervention violente et illégitime, puisque nous n’avions pas passé les caisses.
Certains de nos camarades ont été blessés, d’autres ont eu des peines lourdes et inappropriées à la situation.
Nous souhaitons faire nos excuses à toutes les personnes qui ont pu se sentir mal à l’aise durant cette action.
Le peuple ne se contentera pas de boîtes de corned beef dans les colis des restos du cœur, et des risques de prison quand il se nourrit dans leurs abondantes poubelles.
Nous leur opposons un autre monde, qui semble utopique pour certains, mais qui se réalise déjà dans des alternatives concrètes un peu partout.  »

Des individus-e-s ayant participé à l’action

This entry was posted in General. Bookmark the permalink.